Michel Hébert et La politique selon Khadir

En réplique à son salissage du 9 juin 2012 dans le Journal de Montréal

(D'abord publié le 9 juin 2012)

LE RIDICULE NE TUE PAS MAIS CE N’EST PAS FAUTE D’ESSAYER.

Pour un instant, j’aurais cru m’être tassé de trois colonnes et être tombé dans une soupe alla Martineau. Du journalisme à 19,95$, transport inclus si on en prend deux, semble être la règle au Journal de Montréal. J’avais la naïveté de penser Hébert un peu au dessus de la mêlée mais, que voulez-vous, même un vieux singe, surtout un vieux singe semble-t-il, peut se tromper, d’autant qu’il ne fréquente pas habituellement la culture de la Péladeau Empire, Sun News and Company.

Pourquoi, Michel, passer par une porte latérale pour porter tes jugements. Pourquoi ne pas t’en prendre directement à mon nouvel ami, Amir, au lieu de te cacher dans les jupes du parti Libéral en général, et les shorts de Norm MacMillan en particulier pour arriver à tes fins. Un homme de courage, un leader d’opinion, ne craint pas dire ce qu’il pense, sans détour. Ta manière d’y arriver est cheap et indigne d’un chroniqueur qui se respecte sauf si la catégorie Martineau est la limite de ses ambitions, la limite de ses références. Sachant que ce n’était pas du Martineau, j’aurais juré lire un article écrit par @PierreMorinQc mais l’absence de #CAQ de LOL et de MDR m’a ramené sur ta piste.

Reprenant comme un perroquet le leitmotiv de tes co-conspirateurs, ou comme une pie, tu ne trouves rien de plus génial que de rester accroché pendant je-ne-compte-plus-les-paragraphes aux références, tout à fait justifiés et justifiables de Gandhi et King que faisait Amir comme inspirateurs de ses actions. N’a-t-on pas le droit d’avoir des modèles ? As-tu un droit de nihil obstat sur ses choix ? Comme lui, Gandhi et King ont souffert le ridicule dans le feu de l’action par des gens bien pensants, des gens comme toi. Maintenant qu’ils sont bien morts et bien enterrés et qu’ils ne vous scandalisent plus ni ne vous font peur, maintenant vous leur reconnaissez le piédestal douloureusement mérité. Mais haro ! sur celui qui s’en inspire ! Surtout si c’est un adversaire dérangeant. Que le malheur et la honte soit avec lui ! Ou, comme je le pense, avec vous.

Moi, Amir, petit à petit, je le vois grandir. Je ne le connaissais pas. Je ne le voyais pas. Je savais, marginalement, qu’il existait mais, sa modestie aidant, il m’était presque invisible, jusqu’à ce que je me donne la peine de l’écouter. Jusqu’à ce que je me donne la peine de regarder qui il est. Jusqu’à ce que je commence à comprendre d’où il vient et où il veut aller. Jusqu’à ce que je me donne la peine de voir de quel bois il se chauffe, quel feu brûle dans son cœur.

Si tu veux ridiculiser Amir d’une part, si d’autre part tu veux minimiser la portée et le sens historique d’une loi inique et dangereuse comme la 78, même non appliquée, libre à toi. Le despotisme ne s’installe pas en criant : « Regardez ! je suis despote et j’arrive ! » Je n’ai pas à partager ton aveuglement béat. L’homme lucide, lui, voit venir. L’homme courageux, lui, lance l’alerte. Et l’aveugle stupide le brûle au bûcher de l’opinion, se bouchant les yeux et les oreilles pour ne pas qu’on le dérange dans ses certitudes idiotes.

Amir, si tu me dis que la désobéissance est une option contre l’iniquité, la corruption et la pourriture, je suis tout ouï. Amir, toi, l’homme qui ne craint pas risquer sa réputation, sa position, son confort, jusqu’à sa famille et son sang pour que je sorte de ma torpeur, cette homme-là, je l’écoute et j’estime sa parole à plus que 19.95$ la douzaine, transport inclus. Que ceux et celles qui préfèrent écouter le chant des sirènes se laissent bercer par la musique de pièces d’or qu’on leur balance si ça leur chante. Je partagerai volontiers ta cellule et tes menottes si c’est le prix à payer pour allumer mes lumières.

 

Édouard Dugas

http://ed-mr.ca/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>